L’actualité vue par les blogues du Front narional

http://www.defrancisation.com/

 Soissons : des barbecues halal à l’école primaire

 

Soissons : le quartier de la Gare compte de plus en plus d’immigrés. Une institutrice prend les choses en main, pour favoriser l’intégration des parents et éviter ainsi les erreurs du passé.

 

Depuis l’an dernier, on fait des barbecues halal à l’école. On vit ensemble, alors on fait des compromis.

Élisabeth Sicard, institutrice.

 

http://www.defrancisation.com/ barbecue-halal-ecole

Élisabeth Sicard et Francine Ambroise, directrice de l’école de la Gare.

(…) Le quartier résidentiel a changé de sociologie en 20 ans, à la faveur de la mixité sociale. Des logements sociaux ont été construits avenue de Reims et rue de Pampelune. L’école de la Gare accueille aussi les enfants du CADA (Centre d’accueil des demandeurs d’asile) et du centre d’hébergement d’urgence « Les 14 Maisons ». Sans parler des marchands de sommeil qui hébergent des familles immigrées.

Des enfants venus d’un peu partout et dont les parents sont parfois en situation d’urgence. Ils viennent de Tchétchénie, d’Algérie, de Bulgarie, du Maroc, de Syrie, de Roumanie ou encore de Turquie.

Élisabeth Sicard, qui a pris sa retraite voici quelques jours, vient de créer une association, pour « régler les problèmes en amont ». (…)

« On est passé d’une école avec une cohorte d’enfants structurés à une société d’électrons libres avec des mamans qui n’ont aucune ressource pour sortir de leur condition, explique la directrice de l’école, Francine Ambroise. Depuis l’an dernier, on fait des barbecues hallal à l’école. On vit ensemble, alors on fait des compromis. »

Au travers d’ateliers thématiques (voir encadré), il s’agira de « favoriser l’intégration de populations immigrées dans notre société et, en particulier, notre système scolaire », poursuit Elisabeth Sicard. Pas question pour autant de renier la culture que chacun véhicule.

L’instit envisage d’ailleurs d’organiser des ateliers cuisine où les mamans pourront échanger, histoire de « valoriser toutes les cultures ».

Le projet a reçu le soutien de la Direction départementale de la cohésion sociale, mais pas celui de la mairie.

Une déception pour Elisabeth Sicard, qui entend malgré tout démarrer son projet à la rentrée. « On a tous à y gagner », martèle-t-elle.

Source : L’Union

12 juillet, 2011 à 14:59


Laisser un commentaire