L’actualité vue par les blogues du Front narional

http://aucoeurdunationalisme.blogspot.fr/

Affaire Titan : Maurice Taylor, l’esprit et la lettre

Un fabricant de pneus américains a scandalisé la France entière, après qu’a été rendue publique la lettre qu’il avait adressée au ministre Arnaud Montebourg. Mais bien qu’il s’exprime de façon caricaturale, il n’a rien d’un chantre du libéralisme – au contraire !
Maurice M. Taylor Jr., surnommé « le Grizzli », était une personnalité totalement inconnue en France il y a quelques semaines encore. Ce dirigeant américain d’une entreprise de fabrication de roues et de pneumatiques « hors route », Titan, basée à Quincy (Illinois), a pourtant acquis en quelques heures .une notoriété, doublée d’une impopularité, qui n’a certainement pas manqué de le surprendre, et peut-être de le réjouir. Qu’a-t-il fait ? Sollicité par le ministre Montebourg pour reprendre l’usine Goodyear dite « d’Amiens Nord », il s’est fendu d’une lettre rendue publique dans laquelle il fustige en quelques lignes les gouvernements français et américain, les salariés et les syndicats hexagonaux, les avocats et les politiques en général. Point d’orgue de la missive : « How stupid do you think we are ? », que nous ne ferons pas l’offense à nos lecteurs de traduire…
Provocation
Il s’agit bien évidemment d’une provocation, de la part d’un entrepreneur connu pour son caractère entier et ses positions radicales, qui fut candidat (1 %) à la primaire républicaine de 1996. Mais, au-delà des mots (qui semblent avoir étrangement blessé notre ministre, pourtant lui aussi volontiers caustique avec les interlocuteurs ne rentrant pas dans ses vues), n’y a-t-il pas quelques vérités qui blessent dans la prose de Morry Taylor ? Par exemple, lorsqu’il dénonce la faiblesse de notre gouvernement face à la Chine en matière de lutte contre la subvention déloyale de son industrie, a t-il tort ? Certes non, point n’est besoin d’exemple pour rappeler que l’Europe, ouverte à tous vents, laisse s’effondrer des pans entiers de son outil de production. Et lorsqu’il affirme qu’en matière de sauvetage d’entreprises en difficulté, « syndicats et gouvernement ne font que discuter », on ne peut pas ne pas songer au contraste entre, d’une part, l’entrepreneur qui a bâti un groupe de près d’un milliard et demi de chiffre d’affaires à partir des ruines de concurrents moribonds et, d’autre part, les tentatives infructueuses auxquelles nous assistons depuis quelques mois en France.
Sa dénonciation du syndicalisme est certes excessive et caricaturalement américaine. Il faut toutefois rappeler que le site d’Amiens Nord, en difficulté depuis 2008, souffre, entre autres maux propres à l’industrie pneumatique européenne (faiblesse du marché automobile, coût du caoutchouc, concurrence chinoise), du jusqu’au-boutisme de leaders syndicaux, dont certains mènent en parallèle une carrière politique locale à l’extrême gauche. Cette attitude a découragé bien des repreneurs, dont…Titan, le groupe de Morry Taylor, qui a visité l’usine en mai 2012, et a été déclaré « persona non grata » par la CGT locale ! Quelle mouche a donc piqué notre ministre pour qu’il sollicite un industriel éconduit de la sorte quelques mois auparavant ? Nous préférons croire qu’il ne s’agit que d’une imparfaite connaissance du dossier.
Débrayages multiples
Autre point d’achoppement, et non des moindres, avec l’opinion publique et nos classes dirigeantes politique et économique, pour une fois à l’unisson : M. Taylor affirme que « les ouvriers travaillent trois heures, mangent une heure et discutent trois heures ». Les responsables syndicaux auraient même répliqué à l’Américain que « c’est comme ça en France » ! Que n’a-t-il pas dit là ? Certes, ce propos paraît outrancier, tant nous connaissons tous, dans toutes les branches d’activité, publique ou privée, des salariés et des responsables qui ne comptent pas leurs heures et manifestent une louable conscience professionnelle. Ceux-là peuvent légitimement se sentir blessés par de tels propos. Mais c’est oublier qu’ils ne leur étaient pas destinés. En effet, M. Taylor décrit, sans doute en appuyant un peu sur la plume, ce qu’il a vu dans l’usine d’Amiens au moment de sa visite : une usine en conflit social sporadique, sujette à des « débrayages » permanents, ce qui est hélas une réalité, notamment dans certaines entreprises du secteur automobile. Cette situation est tolérée, d’une part par les directions pour qui cet état de fait est un moindre mal en regard des moyens à mettre en oeuvre pour faire tout simplement appliquer le règlement intérieur et respecter les contrats de travail, et d’autre part par les pouvoirs publics qui ont depuis longtemps renoncé à garantir aux salariés des usines concernées la simple liberté de ne pas faire grève…
En toute impunité
Qu’on songe à la situation ces dernières semaines sur le site PSA d’Aulnay-sous-Bois, où certains salariés, sous la houlette d’un apparatchik trotskiste, paralysent impunément la production en recourant à la violence. Ces mêmes pouvoirs publics restent sans réaction face aux chantages écologiques (menaces de pollution, comme chez Cellatex dans les Ardennes), voire terroristes (menaces d’explosions, comme récemment à la fonderie DMI de Vaux dans l’Allier, où les grévistes n’ont fait qu’imiter leurs confrères d’Ingrandes-sur-Vienne il y a deux ans). Ils encouragent ainsi les comportements extrémistes, dont la finalité n’est pas tant de sauvegarder les emplois que d’obtenir une indemnité de licenciement plus conséquente. Les députés communistes ne s’y sont pas trompés, qui s’apprêtent, à l’heure où nous écrivons, à réclamer l’amnistie pour les voies de fait commises lors des conflits sociaux ! Le décalage entre cette situation, qui ne choque même plus un seul homme politique français, et l’état d’esprit d’un entrepreneur américain comme Maurice Taylor, est tel que l’on pourrait presque qualifier son propos de modéré si l’on ne craignait de vexer inutilement des compatriotes auxquels on répète en boucle et sans le moindre fondement qu’ils ont la meilleure productivité au monde.
Protectionnisme
Le dernier point que nous soulignerons (mais il y en a d’autres dans ce texte riche d’enseignements) est la référence du patron de Titan au protectionnisme. Ceux qui dépeignent l’homme comme un tenant du libéralisme à tout crin n’ont pas lu sa lettre jusqu’au bout : d’une part, il décrit son action « antidumping » contre les pneus agricoles chinois ayant inondé son marché local (rappelant au passage qu’il a dépensé des millions de dollars en avocats, pour une procédure finalement gagnée qui permet à l’État américain de percevoir un impôt sur les importations sans que lui n’ait rien touché…) ; d’autre part, il annonce que, faute d’une politique économique réaliste et efficace, Michelin (dix fois plus gros que Titan en chiffre d’affaires !) ne sera dans cinq ans plus en mesure de produire des pneus en France. On peut qualifier ce propos de forfanterie. On peut aussi s’interroger sur le fait qu’un groupe comme Michelin réalise effectivement la plupart de ses bénéfices dans ses sites hors d’Europe. On pourrait aussi questionner nos politiques sur l’inefficacité de leur action pour enrayer le déclin du marché automobile européen (par pitié, qu’on ne nous parle pas de la voiture électrique !) et l’absence totale de contrôle aux frontières (françaises ou européennes) pour des produits aussi banalisés que les pneumatiques, qui peuvent impunément être importés de pays où ils sont fabriqués dans des usines subventionnées, et de surcroît au mépris des standards sociaux et environnementaux imposés à notre industrie. Telle est aussi la leçon de Maurice Taylor. Qu’elle soit amère et donnée dans des formes peu civiles sous nos longitudes ne doit pas nous interdire de les méditer. Sans trop tarder…
Jean-Marc Ferrand Action Française 2000 mars 2013
27 mars, 2013 à 16:40


Laisser un commentaire