L’actualité vue par les blogues du Front narional

http://www.fn71.com/

Vendredi 10 Mai 2013

        http://www.fn71.com/ entetemunicipales

10 mai, 2013 à 15:11 | Commentaires (0) | Permalien


http://www.fn69.fr

Week-end militant à Givors : nos espoirs sont légitimes

http://www.fn69.fr AMellies1Par Antoine MELLIES, candidat RBM / FN pour les municipales de GIVORS

Tout commence le vendredi soir avec une équipe de 9 colleurs motivés et décidés à retapisser Givors à l’effigie Bleu Marine. Plus de 100 affiches « Une autre voix » et des bandereaux « Marine ça urge », seront collés sur la ville et dans la zone commerciale. Givors qui étouffait sous les couleurs du Front de Gauche respire enfin ! Ce collage fût également l’occasion de former deux nouveaux militants prêts à servir la cause patriote.

Dimanche c’est avec 6 militants dont 2 de la section de Vienne, que nous avons distribué 300 tracts commémorant le bilan catastrophique de François Hollande. Au gré des discussions et des rencontres avec les Givordins, nous avons pris conscience que les élites politiques avaient perdu à leurs yeux toute crédibilité pour redresser le pays. Si beaucoup prétendent qu’ils se réfugieront dans l’abstention, d’autres qui avaient voté pour le candidat socialiste, nous ont assuré qu’ils feraient confiance à Marine le Pen et à ses candidats pour régler les véritables problèmes auxquels sont confrontés nos compatriotes.

C’est désormais à tous les militants du Front National de démontrer par leurs compétences et leur probité, qu’ils n’ont rien de commun avec les notables du système UMPS.

DSC01645R-300x199DSC01671R-300x253

 

9 mai, 2013 à 15:45 | Commentaires (0) | Permalien


http://www.fn62.fr

6 MAI 2012 – 6 MAI 2013 : LE FN62 TOUJOURS MOBILISE !

6 MAI 2012 – 6 MAI 2013 : LE FN62 TOUJOURS MOBILISE !

http://www.fn62.fr HENINUn an après l’anniversaire de l’élection de François Hollande à l’Elysée, il est désormais clair qu’aucun des engagements de campagne ne sera tenu : 

Redresser la France ? Les déficits publics s’aggravent et la France s’enfonce dans la spirale de l’austérité et de la récession. 

Rétablir la Justice ? Mais où est la Justice quand la hausse de la TVA Sarkozy est maintenue et quand les Français ont chaque jour le sentiment de passer après les étrangers ? 

Redonner espoir aux nouvelles générations ? Quelle blague à l’heure où le chômage augmente en continu, où la refiscalisation des heures supplémentaires touche de plein fouet les classes moyennes ! 

Bâtir une république exemplaire ? Qu’en pensent les Cahuzac, Augier, Andrieux, Guérini, Kucheida, Dalongeville et consorts ? 

Si le 6 mai 2012 était celui de la grande illusion, le 6 mai 2013 fut pour l’ensemble du Front National Pas-de-Calais l’occasion d’investir la rue pour diffuser un tract établissant le vrai bilan de la gauche au pouvoir. 

Ce 6 mai, dans la rue, les militants du Front National de notre département ont montré que face à une gauche inepte, inutile et néfaste, seul le Front National défend les Français !

9 mai, 2013 à 15:43 | Commentaires (0) | Permalien


fn66.f

Les militants du FN et FNJ des Pyrénées Orientales étaient présents ce matin sur le marché de Rivesaltes

Ci-dessous quelques photos du tractage :

943657_504662976248924_1245821307_n

316003_504660099582545_1736524999_n

945756_504660022915886_336013227_n 62602_504661506249071_1632956896_n

7 mai, 2013 à 16:10 | Commentaires (0) | Permalien


http://www.gollnisch.com/

Manif pour tous: l’avertissement solennel de Bruno Gollnisch

Hier, la veille du  premier anniversaire de l’élection de François Hollande, et confirmant les sondages catastrophiques  pour le chef de l’Etat et le gouvernement, les Français de  droite, de gauche et d’ailleurs, étaient dans la rue. Les uns  pour poursuivre la mobilisation  pour la défense des familles, des enfants et  du mariage ; les autres  pour dénoncer l’austérité et les promesses trahies du candidat pour lequel les dirigeants des petits partis  membres du Front de gauche avaient appelé à voter. Concernant le rassemblement parisien de l’ extrême gauche hier, nous croyons bien  volontiers Jean-Luc Mélenchon quand il  dénonce un trucage de Manuel Valls. En l’espèce l’estimation mensongèrement très basse de cette mobilisation fournie par le ministère de l’Intérieur, soit 30 000 manifestants, six fois moins que le chiffre annoncé par le FG. Au même moment, dans le cadre de la Manif pour tous, plus de 125 000  personnes manifestaient à Amiens, Dijon, Lille, Lyon, Montpellier,  Paris, Rennes, Toulouse…

 Le Figaro y a vu « un joli tour de chauffe avant la grande démonstration de force du 26 mai » et l’avis du conseil d’Etat sur la constitutionnalité de la loi Taubira. « Sur le podium, barré d’une banderole Non à la marchandisation des femmes, spécialistes de l’enfance, juristes et parents adoptifs se succèdent ». Vincent Rouyer, « pédopsychiatre qui dit avoir recueilli de nombreux témoignages d’adultes élevés par deux parents du même sexe, profondément perturbés dans leur identité sexuelle, »  dénonce  «une lente intoxication de la pensée a abouti à une sacralisation du désir.»

 Des manifestants « qui non seulement ne lâchent rien, mais s’engagent encore davantage. » Et cet article de rapporter le cas emblématique  de  « Pascal et Carole ». «La famille, lâche ce couple de quinquagénaires venus de l’Oise, il ne nous reste plus que ça! Bac + 5 comme son épouse, Pascal, après trois reconversions, est aujourd’hui ambulancier. On n’arrive plus à payer notre loyer, raconte-t-il. Qu’ils s’occupent de l’économie, au lieu de nous chambouler la famille d’un revers de main! L’homoparentalité, ça ne va pas de soi(…) !

C’est à Lyon,  ville où elle  a passé son  enfance,  que Virginie Merle alias Frigide Barjot, était présente dimanche  pour s’exprimer devant environ  20 000 participants, dont la plupart des élus frontistes Rhône-alpins  (notamment Christophe Boudot, tête de liste FN  à Lyon en 2014,) et de  nombreux  militants nationaux.

 Drapeau arc-en-ciel à la main ( !), symbole des associations dites LGBT   (Lesbiennes, Gays, Bisexuel et Transsexuel),   la porte-parole de la Manif pour tous a été mal accueillie par les manifestants quand elle a vanté à la tribune  le Contrat d’union civile (CUC)   préconisé par une très large partie de l’UMP, Jean-François Copé et François Fillon. Nous doutons que ce soit pour voir et entendre cela  que les adhérents de  l’Association familiale catholique (AFC),  par exemple,  se sont mobilisés !

 Le Salon Beige rapporte ce témoignage : « Huée,  elle (Frigide Barjot, NDLR) a quitté le podium, furieuse,  s’est réfugiée au Mac Do de la place Bellecour et réclame la presse… ».

 « Hervé Mariton (député UMP, NDLR) ramène Frigide Barjot sur le podium de la manif pour tous. Mais les sifllets redoublent dès que celle-ci aborde la question de l’union civile ou revient sur la défense intégrale du mariage. Le courant semble ne plus passer du tout

 A l’évidence, l’exaspération monte, devant les compromissions tant doctrinales que politiciennes. Mais n’était-ce pas prévisible ? Avant son déroulement, Bruno Gollnisch a souligné que « cette manifestation est une manifestation contre la défiguration du mariage  que constitue le prétendu mariage homosexuel. Elle ne saurait être une manifestation en faveur d’un  mariage gay repeint aux couleurs de je ne sais quel Contrat d’Union Civile. Tout autre objectif relèverait de l’arnaque pure et simple. »

 Certes, le dernier sondage Ifop pour Valeurs actuelles,  indique qu’au moins 54 % des Français sont  opposés à l’adoption pour les couples homos puisqu’ils disent  préférer une union civile pour les couples de même sexe,   en ce qu’elle  offrirait les mêmes droits que le mariage mais sans l’adoption.

 Pour autant, Bruno Gollnisch réaffirme  que ce passage à la trappe de  la filiation et de  l’adoption pour les couples de même sexe dans ce  CUC défendu par  l’UMP,  participe aussi  de l’effacement des repères. C’est une attaque directe contre l’institution du mariage qui perdrait  ainsi son caractère unique, exclusif comme   fondement légal de la vie commune.

 Plus largement d’ailleurs, cette promotion  du CUC par Mme Barjot-Merle est assez significative des atermoiements de cette dernière dans son souci  apparent  d’éviter le conflit, de flatter les minorités progressistes,  de viser le  consensus,  de dépolitiser le débat, pour tenter de rassembler autour du plus petit dénominateur commun, le moins clivant possible.

 Cela est bien évidemment  impossible et ne peut être tenté  que par l’utilisation de beaucoup de faux-semblants.

 Entendons nous bien : ce vœu de ratisser large contre la loi Taubira, sans agressivité excessive et dans le respect des convictions de tous,  est tout à fait légitime.  Et Bruno Gollnisch réitère tous ses souhaits de réussite pour les futures mobilisations,  avec les réserves exprimées plus haut, comme il l’a répété  avec constance  depuis les tous  premiers rassemblements.

 Pour autant, Bruno Gollnisch n’est pas un naïf, il sait notamment que quand on veut chasser par  la porte  la « politique », elle entre par la fenêtre  car le principe de réalité reprend toujours ses droits.

 Il faudrait être aveugle et sourd   pour ne pas constater que ce mariage pour tous est une question éminemment politique. Et qu’à de notables exceptions prés,  mais qui restent assez marginales, il   est surtout combattu par le peuple de  la droite des valeurs, au sens large, par les électeurs et sympathisants du Mouvement  national et de l’UMP.

 De plus, la nature apolitique de cette mobilisation vantée par Frigide Barjot-Valérie Merle  ne résiste pas à l’examen puisque  les manifestations sont cornaquées par l’UMP  de manière de plus en plus évidente et visible.

 Certes à Lyon, sous la pression du FN, les  organisateurs, et à la grande fureur des caciques locaux de l’UMP, n’ont pas donné  la parole à cette formation comme à aucune autre d’ailleurs.

 A dire vrai, en lieu et place de cette apparente stricte neutralité,  Bruno Gollnisch aurait préféré que chaque élu représentant une sensibilité politique puisse s’exprimer. Ce n’est pas l’option qui a été retenue, ce qui est  regrettable car «cela aurait pu créer une dynamique politique » dépassant le strict cadre du parti de MM. Copé et Fillon.

 Or, le député européen frontiste a été systématiquement  écarté des micros, notamment lors de la manifestation à l’Etoile le 21 avril dernier, tandis que les dirigeants de l’UMP et autres probes amis de l’amateur de peinture Claude Guéant, alors plein de morgue,  monopolisaient la parole.

 Pourtant, rappelle Bruno Gollnisch,  « au cours de mes  25 années de combat comme parlementaire et élu régional contre les politiques de désagrégation morale, qu’elles viennent de la vraie gauche ou de la fausse droite – théorie du Gender, promotion du LGBT, euthanasie, etc.- je n’ai pas le souvenir d’avoir vu les pontes de l’UMP  à mes côtés dans ces combats. Et cela continue chaque mois à Strasbourg et à Bruxelles. En revanche, j’ai des souvenirs très précis et très nombreux de l’action délétère des élus et ministres RPR/UDF, ou, aujourd’hui, UMP… ».

7 mai, 2013 à 10:42 | Commentaires (0) | Permalien


http://aucoeurdunationalisme.blogspot.fr/

Manifs pour tous : la clarification

La conférence de presse par laquelle Frigide Barjot, flanquée de responsables d’associations homosexuelles, réclamait jeudi à Paris la mise en place d’une « union civile » en faveur des couples de même sexe, semble avoir déclenché – enfin ! – une salutaire réaction. Nous pointions dans Présent d’hier les slogans inacceptables et les affirmations bizarres – réclamant « l’égalité des droits des enfants et des homos » et annonçant « On lâche rien, on donne tout (sauf à François Hollande) – par lesquelles la Manif pour tous était ainsi entraînée vers l’objectif annoncé par Frigide Barjot depuis le début : faire mieux reconnaître les « amours homosexuelles » et proposer une amélioration du pacs pour désamorcer la revendication du « mariage ».
Cette proposition, défendue par l’UMP aussi bien à l’Assemblée nationale qu’au Parlement, a été balayée par la majorité socialiste et dénoncée, au fond, comme homophobe par le lobby LGBT.
« Moindre pire » ? Comment imaginer une telle démarche – même si on veut prétendre qu’elle est « politique » – alors que la bataille contre le « mariage » gay n’est même pas terminée et que la mobilisation des opposants reste vive ? Pourquoi prendre ainsi en otage les motivations de l’immense majorité des manifestants qui, soit ne réclame absolument pas cette sorte de super-pacs, soit ignore tout des vrais objectifs du lobby LGBT : faire accepter pleinement les mœurs homosexuelles et interdire toute critique morale de celles-ci ?
Eh bien ! jeudi matin, une série de « tweets » émanant de Frigide Barjot laissaient deviner un sérieux recadrage de l’« égérie » : celle qui déclarait en janvier à la presse internationale que « tous » les participants à la Manif pour tous devaient soutenir l’« alliance civile » assurait jeudi : « Le mouvement d’opposition à la loi Taubira est très large. Certains demandent l’Union civile, d’autres ne sont pas d’accord. On discute ensemble. – Mais chacun se respecte, personne n’impose aux autres. Tout le monde se retrouve sur le point commun : retrait de la loi Taubira. »
Cela va décidément mieux en le disant, c’est ce qu’ici nous réclamions depuis le début : que toute la mobilisation pour la famille ne soit pas, malgré elle, entraînée derrière des réclamations qui lui tirent une balle dans le pied. Peut-être Frigide Barjot aura-t-elle même assez de bon sens, dimanche après-midi, lors du rendez-vous « festif et familial » place Vauban, à Paris, de venir sans ses rainbow-flags (drapeaux arc-en-ciel) aux couleurs de la Gay Pride et frappés du logo de la Manif pour tous ?
Il faut noter aussi que celle-ci a désormais une présidente, Ludovine de la Rochère, ancienne chargée de communication de la conférence des évêques de France, qui s’est exprimée de manière nette dans Famille chrétienne en déclarant que la Manif pour tous « n’a pas de raison de prendre position sur l’union civile puisque ce n’est pas à l’ordre du jour » ; elle ajoute que « Frigide Barjot soutient cette initiative à titre personnel ».
Dont acte.
Cette clarification importante est-elle le signe de l’irritation croissante des militants qui se sont levés si généreusement pour la défense du bien commun ? D’une reprise en main par les poids lourds du collectif de la Manif pour tous ? Quoi qu’il en soit, on ne peut que s’en réjouir.
Et ce d’autant que la presse tente de faire croire à l’essoufflement du mouvement, qu’un sondage IFOP annonce de manière appuyée que « 67 % des Français » estiment que les manifestations devraient cesser, et que François Fillon vient d’exprimer ses « réserves » sur la manifestation nationale annoncée pour le 26 mai à Paris, après les rendez-vous régionaux de dimanche et la probable montée en puissance des opérations plus locales des « Veilleurs » et d’autres.
« La dernière chose dont la France a besoin aujourd’hui, c’est d’une crise institutionnelle. Le rôle de l’UMP, c’est de préparer l’alternance, pas de pousser les Français dans une contestation passionnelle », a soutenu l’ex-Premier ministre. « Passionnelle », la défense de la famille ? Mais alors ce sont des passions au service de la raison, et d’une loi morale qui transcende la loi civile.
Il est vrai que la « droite » a oublié cette notion depuis longtemps.

http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/

7 mai, 2013 à 10:29 | Commentaires (0) | Permalien


http://linformationnationaliste.hautetfort.com/

Vent de fronde anti-Valls dans les commissariats

Dénoncer les flics… c’est pas délétère ça ?
La grogne serait à son comble chez les policiers. C’est plus qu’un mouvement d’humeur après la dernière réforme de Manuel Valls. Pour certains, il est impossible, dans le climat actuel, que cela aille jusqu’au bout. Les policiers baissent déjà les bras dans un contexte politique et judiciaire de suspicion à leur égard. R.F.

On voit bien que le pouvoir, lâché par son électorat, courtise le réduit des banlieues à population largement d’origine immigrée. Mais ce faisant, on prend des risques. Il ne faut pas être manichéen. Des policiers se défoulent parfois au délit de faciès vis-à-vis d’une population  jugée par eux solidaire de certains comportements criminels ou hostiles. C’est inacceptable. Mais la réforme Valls de la police des polices est une stupidité. Elle pousse à la délation et au défouloir de haine.

Le ministre de l’Intérieur a confirmé dimanche lors d’une émission de M6 sur les « ripoux » que « chaque citoyen pourra saisir » l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la « police des polices », en cas de litige. Il a évoqué à cet égard « la déontologie et les valeurs » des policiers dont il attend « un comportement exemplaire ». Comme des politiques bien sûr.

Cette réforme est en chantier depuis novembre 2012. Manuel Valls avait limogé le « patron » de l’Inspection générale des services (IGS) de la préfecture de police de Paris, lui reprochant notamment d’avoir impliqué à tort un haut fonctionnaire classé à gauche sous Nicolas Sarkozy. Le point de départ est nettement politicien. Il avait critiqué des « dysfonctionnements » et promis une « harmonisation des pratiques » de l’IGS afin que celle-ci devienne une « composante à part entière » de l’IGPN.  A compter du 1er septembre, il n’y aura qu’une seule « police des polices » , aussi dénommée les « boeuf-carottes » dans le jargon policier pour la réputation de ses enquêteurs à faire mijoter les collègues pris en faute. N’importe quel citoyen pourra la saisir en cas de contestation, de bavure ou de corruption – le cœur du métier des inspections, grâce à une plate-forme nationale de signalement sur internet ouverte à tous, à condition de s’identifier. Heureusement qu’internet n’existait ni pendant l’ occupation ni à la libération.

Les syndicats sont plus que réticents. «Tout est ficelé d’avance», s’indigne Jean-Claude Delage, secrétaire général d’Alliance (seconde organisation de gardiens de la paix) pour qui « la plainte en ligne va nous stigmatiser ». « C’est injustifié et injustifiable », a surenchéri Patrice Ribeiro de Synergie (second syndicat d’officiers). « 75% des plaintes contre les policiers sont des calomnies, cela va multiplier les plaintes », ajoute-t-il, « on ouvre une boîte de Pandore ». Pour le SNOP-SCSI (majoritaire chez les officiers), Jean-Marc Bailleul n’a «pas d’opposition» : « il n’y a pas de raison que cela jette la suspicion », dit-il, mais il « faudra que les petites affaires soient traitées en interne pour ne pas surcharger » l’IGPN qui « va travailler à effectifs constants » soit un peu plus de 200 personnes. Nicolas Comte, porte parole d’Unité police SGP-FO (premier syndicat de gardiens), « n’est pas opposé à la transparence ». Mais, prévient-il, « dans un moment où l’on parle d’améliorer la relation police/population, il ne faudrait pas que nos collègues pensent que tout est de leur faute ». « À quand une réforme de l’inspection des gendarmes ? » interrogent-ils tous.

Deux poids deux mesures. Les syndicats qui « comprennent » la réforme  au contraire de leur base pourraient en payer le prix lors des prochaines élections professionnelles. Patrice Ribeiro patron de Synergie-officiers, précise: « Nous nous battrons contre la réforme Valls, car la police est déjà le corps le plus contrôlé, avec des contrôles hiérarchiques, judiciaires, déontologiques, reposant sur un code spécifique, mais aussi un contrôle parlementaire et même un contrôle permanent des médias. » Selon lui, « cette initiative revient à envoyer un message ambigu aux voyous, qui stigmatise les policiers. Elle est d’autant plus incompréhensible qu’elle ne s’applique pas aux gendarmes et laisse supposer que les policiers seraient une sous-catégorie de forces de l’ordre, dont il faudrait se méfier. C’est intolérable! »

Le ministre ira-t-il jusqu’au bout ? Il peut imposer son point de vue par un décret et s’est donné un délai jusqu’au 1er septembre. On prend le pari que cela ne se fera pas…. car pour les policiers trop c’est trop et qui prendrait le risque politique d’une police en rupture dans la France actuelle.

Raoul Fougax
Metamag
4/05/2013 http://www.polemia.com

7 mai, 2013 à 10:13 | Commentaires (0) | Permalien


http://frontnationalmoselle.blogspot.fr

Défilé du 1er mai 2013 : la Moselle était présente…

http://frontnationalmoselle.blogspot.fr meeting+marine+paris

Ce mercredi 1er Mai, une soixantaine de militants de la Moselle se sont rendus à Paris pour le défilé annuel et le discours de Marine le Pen.


Nous sommes partis en autocars aux alentours de 03h00 de Forbach et de 04h00 de Metz pour arriver à 09h00 rue de Rivoli.
Nous avons retrouvé nos amis de la Meuse, de Meurthe-et-Moselle et des Vosges.
Juste derrière le cortège du FNJ et de la région Rhône-Alpes, nous avons défilé en scandant les slogans :
« France Marine liberté »
« ni droite, ni gauche, Front National »
« Français, réveille-toi, tu es ici chez toi »
et le fameux « On est chez nous ».

Cette année le thème du Front National était « le peuple d’abord », Marine le Pen.

4 mai, 2013 à 16:25 | Commentaires (0) | Permalien


http://www.fn62.fr/

Mobilisation pour le 1er Mai !

Mobilisation pour le 1er Mai !

http://www.fn62.fr/ 1ermai-B-231x300Le 1er mai 2013 aura lieu notre traditionnel défilé en l’honneur de Jeanne d’Arc et des travailleurs Français à Paris ainsi que le grand discours de Marine Le Pen.

La fédération du Pas-de-Calais organise un service de bus afin de permettre au plus grand nombre d’entre vous d’y participer.

Veuillez trouver dans le document ci-contre de plus amples informations ainsi que les modalités d’inscription : Inscription défilé 1er mai.

4 mai, 2013 à 16:22 | Commentaires (0) | Permalien


http://fn49.fr/

Lettre ouverte de Jean-Eudes Gannat Secrétaire FNJ 49 à Aykel Garbaa, nouveau responsable du MJS – Maine-et-Loire

Mon cher Aykel,

Je tenais à vous présenter mes plus sincères condoléances. En effet, j’ai appris dans les médias locaux le départ de votre prédécesseur vers le cabinet du maire qui, comme beaucoup au MJS, n’aura été indépendant du PS que quelques temps avant d’en devenir un heureux serviteur avec une bonne place.

La raison première de cette lettre ouverte n’est cependant pas celle-ci. L’un des articles qui vous a été consacré a attiré mon attention et m’a même fait plaisir, je dois vous l’avouer.

En effet, comment ne pas se réjouir d’être quasiment votre seule raison d’exister ? Votre priorité est, vous l’avez dit, de « Démasquer le Front National » car vous êtes pris d’angoisse en constatant que dans le Maine-et-Loire, comme ailleurs, nous sommes le mouvement de jeunesse le plus important.

En effet, une jeunesse empreinte d’un idéal se lève et refuse de voir disparaître une civilisation qui a pourtant marqué durablement l’Histoire et le Monde. Une jeunesse qui ne croit plus aux élucubrations libérales-libertaires du des soixante-huitards. Une jeunesse avide de retrouver ses racines, son identité, sa liberté, sa fierté.

Mon cher Aykel, votre priorité est de nous « démasquer » avec vos mécanismes de rhétorique malhonnêtes. Notre priorité à nous, c’est de relever notre pays. Notre priorité à nous, c’est de lutter contre l’idéologie mondialiste qui le détruit chaque jour, loin des caricatures mensongères et obsolètes que vous autres faites de nous.

Quoiqu’il en soit, je me tiens à votre entière disposition pour vous dans la lourde tâche qui vous attend : faire tomber un masque inexistant. Aussi, j’ose croire que vous êtes honnête intellectuellement et que vous accepterez volontiers de me convier à un débat devant une presse qui semble vous accorder de longues tribunes plus facilement qu’à moi.

Sûr d’avoir la joie de faire votre connaissance prochainement,

Cordialement,

Jean-Eudes Gannat,

4 mai, 2013 à 16:20 | Commentaires (0) | Permalien


http://www.fn-alsace.com

Entretien avec Bernd Lucke, économiste et cofondateur du parti Alternative pour l’Allemagne (source magazine La Croix)

« Dissoudre l’euro de manière graduelle »

Le parti anti-euro allemand tient ce dimanche son premier congrès. Son cofondateur explique son programme.
Vous fondez un parti anti-euro. Peut-il trouver sa place en Allemagne, où l’eurosepticisme n’a jamais connu de succès électoral ?

B L : Les élections législatives de septembre auront lieu dans un contexte nouveau. Ce sera le premier scrutin général de l’ »après-Mai 2010 », date de déclenchement de la crise de l’Euro. Ces trois dernières années, nous avons appris que cette crise n’est pas sous contrôle du gouvernment, alors que cela nous coûte des sommes considérables.

Que proposez-vous ?

B L : De dissoudre l’euro de manière contrôlée et graduelle. D’abord, en laissant les pays du sud de l’Europe quitter la zone, puis casser le reste de la zone en réintroduisant les monnaies nationales. Nous demandons aussi de mettre fin aux boucliers financiers créés depuis 2010 5NDLR : par exemple, le mécanisme européen de stabilité, destiné notamment à secourir un pays au bord de la faillite).

Et la France ?

B L : L’euro pose aussi des problèmes de compétitivité à la France, qui souffre, de ce fait, d’une désindustrialisation depuis plusieurs années. Cela coûte à votre pays un grand nombre d’emplois détruits. Par conséquent, vous auriez probablement intérêt à quitter la zone et renouer avec votre propre monnaie.

L’euro n’a-t-il pas créé des occasions pour l’économie allemande ?

B L : Pendant ses premières années, il a profité aux pays d’Europe du Sud car beaucoup de capitaux se sont mis à y affluer, privant l’Allemagne de ressources pour investir. Du coup, elle a enregistré le taux de croissance le plus bas de la zone entre 2001 et 2007. Depuis le déclenchement de la crise, les capitaux reviennent en Allemagne. Nous en profitons. L’inconvénient, c’est que nous prenons en charge le fardeau des pays de l’Europe du Sud, victimes de l’euro. Nous devrions nous battre pour le bien de tous, plutôt que de trouver des solutions profitant à un certain nombre de pays –dont l’Allemagne-, pendant que d’autres en souffrent.

Que répondez-vous à ceux qui affirment que la disparition de la zone euro aurait des conséquences catastrophiques pour tous ?

B L : Il existe des moyens de procéder par étapes, afin de laisser aux peuples et aux Etats le temps de s’ajuster. L’économie européenne est dans un état désastreux avec un chômage des jeunes très élevé et inquiétant en Grèce, en Italie et en Espagne. C’est lié au fait que ces pays ne peuvent pas être compétitifs avec une monnaie commune du niveau de l’euro (NDLR : puisqu’ils ne peuvent pas procéder à une dévaluation pour regagner des parts de marché). Il faut faire quelque chose. On ne peut pas ignorer les problèmes et se contenter de dire que l’euro est là pour toujours.

La fin de l’euro signerait-elle la mort de l’Europe ?

B L : Je ne pense pas. Ce n’est pas la première fois qu’un projet européen échoue –regardez l’Europe de la défense, dans les années 1950- et pourtant la construction européenne s’est poursuivie. L’UE se trouve engagée dans un processus de désintégration parce que le Sud stagne, voire recule, pendant que le Nord s’en sort plutôt bien. Du coup, les régions de l’Europe divergent et ce n’est sain pour personne.

Vos propositions ne sonnent-elles pas la fin de la solidarité européenne ?

B L : Non. Je suis attaché au principe d’entraide entre les peuples. Le problème, c’est que nous ne disposons pas pour le moment de critères objectifs pour organiser un système rationnel de transferts. On se contente de donner de l’argent à ceux qui ont accumulé le plus de dettes, et non pas aux plus pauvres. Si nous voulons vraiment construire une solidarité, nous devons identifier ceux qui ont le revenu par habitant le plus faible, le plus fort taux de chômage et le moins d’infrastructures. A partir du moment où ces critères seront définis, nous aurons la volonté de payer. C’est cela, la solidarité.

4 mai, 2013 à 16:15 | Commentaires (0) | Permalien


http://www.frontnational54.com

http://www.frontnational54.com Reservations_FN_542
Cliquez pour télécharger le document de réservations à envoyer...

blank

2 mai, 2013 à 18:18 | Commentaires (0) | Permalien


http://fntoulon.hautetfort.com/

Marine Le Pen en visite à Toulon

Sur le thème de la défense, Marine Le Pen a tenu, ce samedi 27 avril 2013, une conférence de presse alors qu’elle visitait la rade du premier port militaire français. 

Cliquez sur la photo pour retrouver la vidéo sur le site du FN Var.

Marine Le Pen nationale !.jpg

2 mai, 2013 à 18:17 | Commentaires (0) | Permalien


http://fn-loire-atlantique.fr

2014 : C. Bouchet tête de liste

Un article de Gauthier Bouchet

http://fn-loire-atlantique.fr 44_BOUCHET-Christian-300x300

Municipales 2014

La tête de liste du Rassemblement Bleu Marine (RBM) aux élections municipales de 2014 à Nantes sera Christian Bouchet, né le 17 janvier 1955 (58 ans), enseignant.

Porte parole du Front national de Loire-Atlantique depuis 2010, deuxième de liste en Loire-Atlantique aux dernières élections régionales, il était opposé à Jean-Marc Ayrault dans la troisième circonscription lors des dernières élections législatives.

2 mai, 2013 à 18:15 | Commentaires (0) | Permalien


http://aucoeurdunationalisme.blogspot.fr/

LMPT : pourquoi la loi est folle et pourquoi le FN doit se mobiliser

Il n’est jamais trop tard pour bien dire. Merci JMLP !
Au cours d’une remarquable conversation avec Julien Sanchez le 27 avril dernier, Jean-Marie Le Pen a, sur le site <frontnational.com>, évoqué la nécessité de participer aux prochaines manifestations contre le « mariage pour touche », qui dépasse de loin le simple enjeu décrit par certains. C’est un projet anthropologique ou plus tôt « entropologique », un projet qui met un point final au paradigme de la nature humaine, comme on disait jadis.
JMLP a pris soin de rappeler que le FN privilégiait le social maintenant, mais je prendrais soin quant à moi de rappeler que le social ne mobilise plus. Il n’y a plus de classe ouvrière en France, grâce à Thatcher et aux bons apôtres de l’Europe libérale. Car ce qui caractérise un libéral new look, c’est bien de considérer que la civilisation est un marché, et que le bébé doit être jeté avec l’eau du bain, surtout s’il est syndiqué ! On assiste du coup à un nouveau et méphitique remix des deux révolutions atlantidéennes d’antan : la libérale anglo-saxonne avec son cortège d’horreurs (l’usine pour enfants, le panopticon, la mécanique humaine) et la jacobine française. Celle-là, Cochin l’expédia en une phrase :
« L’humanité qui tue est soeur de la liberté qui emprisonne, de la fraternité qui espionne, de la raison qui excommunie ; toutes forment cet étrange phénomène social qu’on appelle le Jacobinisme. »
Les Européens ne bougent plus parce qu’ils sont martyrisés par leurs banquiers, par leurs financiers, par leurs politichiens aux ordres (on verra pourquoi plus bas), ils sont étranglés par les cordons de la bourse, c’est le cas de le dire, bourse qui a décidé que ce sera elle ou leur mort : leur mort donc. Mais ils sont tétanisés et sidérés parce qu’on leur a dit que sans l’euro ce serait l’apocalypse, alors il vaut mieux l’Apocalypse avec l’euro, en attendant comme à Chypre la confiscation de leurs comptes bancaires. On fait confiance à Shylock et à la caractérielle Merkel, cette tante Cunégonde toujours plus menaçante (comme dirait Voltaire, « à la vérité fort laide »), pour leur prendre une livre de chair supplémentaire en attendant ; elle est toujours symbolique puisque la dette se creuse à chaque fois.
Le système actuel repose sur une stratégie de terreur jacobine basée sur la dette (fabriquée depuis la réunification allemande et l’entrée en vigueur de l’euro), le terrorisme islamiste servant à justifier toutes les persécutions étatiques, le satanisme de masse culturel et enfin le projet transhumain en bioéthique. L’être humain comme simple marchandise avec son code-barres et les Femen comme fer de lance culturel et projet métapolitique d’avenir. Je voudrais dire que la société actuelle globalisée a une dimension antéchristique que je ne m’y prendrai pas autrement ; et en effet elle veut bourrer nos cerveaux d’ordures, remplir les poubelles de nos labos de foetus et les enfers de nos vieilles âmes sans défense.
Sur la terreur et l’obsession du si nécessaire complot islamiste planétaire, relire Cochin encore :
« Et de là le grand chorus de Thermidor contre le « complot ». Il a retenti, peut-on dire, tout le long du siècle. »
A l’époque, complot aristo, clérical, étranger : cela justifie les massacres de septembre et la tuerie de Français aux quatre coins de « l’hexagone républicain ». C’est cette même théorie du complot (al Qaeda) qui débouche aujourd’hui sur la vraie réalité du complot : la mondialisation forcenée de la torture et la destruction de pays arabes entiers, réalisée d’ailleurs par des agents musulmans au service de « l’occident » mais rétribués par le Qatar et les saoudiens !
Le peuple je l’ai dit déjà, est comme le chien Ran-Tan-Plan : il sent confusément quelque chose. Et il a senti le peuple des mamans, des enfants et même des papas que plus rien ne serait plus comme avant. Que le drugstore veut abolir les sexes : il y aura un robot-producteur (ou actionnaire) et un consommateur-cyborg. Le projet actuel on le sent bien est d’aboutir aux transhumains – droits du golem et pas de l’homme – en rendant inopérante la nation par le mondialisme, en accélérant la fusion homme-iPod et en rendant toute référence humaine et traditionnelle impossible dans la médecine ; et là on créera le citoyen techno-lambda rêvé par les multinationales et les ONG du futur. Ce n’est pas un hasard encore si la Russie de Poutine appuyée par son Eglise refuse ces infamies et de brader les bébés tandis que l’Amérique d’Obama l’encourage le plus possible. On ferait mieux de prier pour la conversion de l’Amérique et de ses billets verts illuministes que pour celle de la Russie, vous ne croyez pas ?
Tous les bébés seraient donc en libre service comme au supermarché – ou au distributeur. C’est la vision du futur de nos élites, elle est horrible et c’est pourquoi elle s’impose à coups de trique et de matraque, de persécutions policières (la presse ne sert plus qu’à cela, ou à seconder les chouans syriens…) et d’invectives globales. Le très bon Roland Hureaux a bien rappelé qui est derrière ce projet : Goldman Sachs, la banque citoyenne totalitaire qui ruine l’Europe et l’occident, Apple, Facebook, Disney bien sûr et une variété d’autres bulles boursières méphitiques. Notre ami le juriste Gregor Puppinck a lui rappelé qu’on fait de la prison en Allemagne (43 jours, mais certains parents cumulent) quand on ne veut pas que ses enfants suivent les cours de gender à l’école ; que l’Angleterre interdit aux associations catholiques d’adopter (les hétéros ne pourront plus bientôt adopter ; c’est simple, ils seront considérés comme homophobes donc interdits de gosses ; et comme au Cambodge, on finira par demander aux mouflets de dénoncer leurs parents) ; en Espagne 2300 familles ont été poursuivis par l’Etats socialiste libertaire (et donc liberticide, puisqu’il est « interdit d’interdire » ) de Zapatero, pour avoir refusé l’édification citoyenne de leur progéniture. Faudra-t-il se cacher sous la terre pour éviter les légions et les crachats des Femen, clique organisée par Soros et ses diserts deniers ?
Cochin voyait déjà que la folie réformatrice a la vie dure :
« Le phénomène social pousse son chemin de désastre en désastre, produisant une forêt de lois contre nature dont le succès dans les sociétés et le vote à la Convention sont aussi fatals, que leur exécution dans le pays est absurde ou impossible. »
Le Front National doit comprendre malgré certaine pipelette que le social est secondaire pour l’instant pour les raisons susdites ; et que le sociétal n’est pas un sujet secondaire. La famille c’est plus important que l’usine lambda. On devrait lire et relire Cochin au Front National et bien sûr Philippe Muray : le problème des socialistes c’est qu’entre deux tenues et deux orgies ils circulent à trottinette. De ce point de vue on ne doit pas négocier avec eux et Marine Le Pen, qui a très bien tonné contre les roms, a très bien dit d’ailleurs que tout gouvernement d’union nationale doit se faire sans le PS et sans l’UMP (Sarkozy ne cesse de marcher sur les brisées de Blair et de donner des conférences aux banques d’affaires, la dernière aux huiles et porcelaines de Goldman Saxe…).
JMLP a bien raison : quand on a la chance de pouvoir mobiliser comme ça sur un sujet aussi essentiel, on ne la rate pas, sa chance, car il ne s’agit pas seulement de récupérer une magnifique manifestation populaire mais surtout de participer à la levée en masse du peuple non transhumain et non cybernétique : nos enfants ne sont pas à vendre, sous prétexte qu’un col blanc d’Apple ou un banquier Goldman a décidé qu’ils étaient à vendre, aux couples gays jugés plus open, plus rebelles, et donc plus bankables. Lorsque j’avais écrit mon livre sur « Internet nouvelle voie initiatique« , j’avais bien senti cette manche (quatrième partie) : on nous prépare un remplacement en masse de l’humanité, avec un acharnement idéocratique particulier pratiqué contre ceux qui défendent la famille et la vie. La famille, seul état qui crée et aime ses citoyens, dit Chesterton ; et justement, camarades et citoyens, le nouvel Etat libéral-libertaire, liberticide et techno-beauf ne veut plus de votre participation. On le savait depuis la Terreur Française, merci pour elle.
« La libre-pensée a tué la société parce qu’elle avait tué la personne humaine. Dissociant l’homme et l’isolant de toute attache naturelle ou morale, elle l’a livré comme une épave au flot social. En son âme, elle n’a laissé subsister que cette ruine, l’égoïsme, qu’elle a appelé raison et qui sera la haine ou la peur. »
1 mai, 2013 à 17:26 | Commentaires (1) | Permalien


12345...90