L’actualité vue par les blogues du Front narional

http://rbmfrance.com/

L’association

Rassemblement Bleu Marine

Le Rassemblement Bleu Marine

Constitué en vue de l’élection présidentielle et des élections législatives de 2012, le Rassemblement Bleu Marine (RBM) est devenu une association loi 1901. Mais, même s’il est doté d’un logo et de la personnalité juridique, le RBM n’est pas un parti politique et n’a pas vocation à le devenir. Il est une structure d’accueil pour tous les patriotes amoureux de la France.

Dans cette perspective, il cherche à rassembler toutes les personnes physiques ou morales, dont des partis politiques, qui sont attachés à la souveraineté de la France et aux valeurs de la République. Déjà, le Front National, le SIEL (Souveraineté Indépendance et Libertés) créé par Paul-Marie Coûteaux et Karim Ouchikh, le PEC (Patrie et Citoyenneté) présidé par Bertrand Dutheil de La Rochère ou des personnalités, tel Gilbert Collard, l’ont rejoint.

Aussi, les membres du FN, du SIEL ou du PEC bénéficient d’un tarif préférentiel pour y adhérer. Dès que les ultimes formalités seront accomplies, un compte bancaire sera ouvert. Des dons et des cotisations pourront alors lui être adressés. Toutefois, puisqu’il ne s’agit pas d’un parti politique, aucune déduction fiscale ne sera possible.

Téléchargez la charte du RBMTéléchargez la charte du Rassemblement Bleu Marine

25 avril, 2013 à 19:40 | Commentaires (0) | Permalien


http://aucoeurdunationalisme.blogspot.fr/

Très grand succès de la manif contre le mariage gay du 21 avril

Fin de ll’article du Salon  Beige :

A propos du film trafiqué du 24 mars, demain matin la Manif pour Tous agira en justice pour exiger la diffusion de l’intégralité des vidéos. La MPT poursuit son action contre le sénateur Jean-Pierre Michel après sa lettre injurieuse et va en Appel.

Bon 45 000 personnes selon la police. Après retouchage des photos. Il faut leur dire de retoucher aussi les photos de la messe de Benoît XVI aux Invalides.

4
Monseigneur Ravel, évêque aux Armées, a été vu au sein de la manifestation.

Les Invalides sont remplis. La fin de cortège trépigne toujours au niveau de l’avenue de Tourville.

Des musulmans :

1
A
Guaino sur BFM : 45000 personnes : « J’accuse la préfecture de police de mentir »

1
Les policiers contredisent la Préfecture :

P
La Manif pour Tous annonce plus de 270.000 manifestants !

1 minute de silence pour les personnes qui ont été agressées, poignardée, ces derniers jours.

1
Selon la police, il y avait 3500 personnes à La Bastille. Leur incapacité à se mobiliser libère François Hollande de sa promesse à leur égard.

Les manifestants des Invalides entonnent la Marseillaise.

5

2
La dispersion est annoncée.

http://www.lesalonbeige.blogs.com/

22 avril, 2013 à 8:30 | Commentaires (0) | Permalien


http://www.frontnational.com

Manifestation du 21 avril contre la loi Taubira

Communiqué de Presse du Front National

Le Front National réaffirme son opposition au projet de loi Taubira visant à permettre le mariage des couples de même sexe et leur ouvrant le droit à l’adoption. Ce projet porte gravement atteinte à l’institution du mariage, à la famille et aux droits fondamentaux de l’enfant.

Le Front National informe ses sympathisants qui souhaitent participer à la manifestation qui aura lieu le 21 avril à Paris, que sa délégation se réunira à 14h15 à l’angle boulevard Raspail/avenue Denfert-Rochereau.

Dans l’hypothèse où le processus législatif se poursuivait et permettait à la gauche, avec la complaisance de députés et sénateurs UMP, de faire adopter le projet Taubira, le Front National s’engage à abroger cette loi lorsqu’il accèdera au pouvoir.

Le Front National invite enfin tous les Français qui souhaitent s’opposer à la politique nocive du gouvernement socialiste, à rejoindre la grand rendez-vous populaire et patriotique qu’il organise à Paris le 1er mai prochain en l’honneur de Jeanne d’Arc, de la France et des travailleurs français.

21 avril, 2013 à 10:10 | Commentaires (0) | Permalien


http://fninfos.fr/

« La Chronique d’Eric Zemmour » : l’anglicisation dans l’enseignement populaire


« La Chronique d’Eric Zemmour » : l’anglicisation… par rtl-fr

21 avril, 2013 à 10:05 | Commentaires (0) | Permalien


http://fnvilleurbanne.over-blog.com

Neutralisation d’un activiste d’ultra-droite place de l’Etoile hier jeudi !!!!!

Image de prévisualisation YouTube
21 avril, 2013 à 9:54 | Commentaires (0) | Permalien


http://christianbourgeoisfn39.unblog.fr/

MORALISATION POLITIQUE ??

Depuis huit jours , pour la morale politique , surtout financiére , on veut laver plus blanc que blanc. On déclare à qui désire l’entendre  des patrimoines . Un appartement à Marseille, un en Corse , une maison le tout pour 565000 euros , je reconnais que l ‘immobilier baisse , mais quand même !! Qui désigne le prix , sur quelle base ? Je me permets un conseil au président Hollande pour sa loi salvatrice quand à  la morale financiére. Dans un village , partout en France , le maire ne peut embaucher son conjoint comme secrétaire de mairie. Pourquoi le Président de l’Assemblée Nationale a t-il recruté son épouse comme conseillére a 6000 euros mensuel. Pourquoi de nombreux députés ont leurs conjoints comme collaborateurs ,certains même y adjoignent les beaux fréres , belle – soeurs le tout payé par l’assemblée. Un patron ,dans le privé peut étre poursuivi pour abus de bien sociaux si l’emploi d’un membre de sa famille par son entreprise semble fictif.Pourquoi pas les politiques ? Des centaines de parlementaires ,y compris leur président ont cette pratique , ils votent les lois , je ne pense pas que cela va changer ,et tout continuera.

21 avril, 2013 à 9:50 | Commentaires (0) | Permalien


http://aucoeurdunationalisme.blogspot.fr/

Interview du Printemps français bordelais !

http://aucoeurdunationalisme.blogspot.fr/ afe-bx2-4

Après la démonstration de force du Printemps français samedi dernier à Bordeaux, la section locale de l’Action française vous offre une petite interview !
AF : Bonjour, peux-tu te présenter rapidement s’il-te-plaît et nous expliquer pourquoi tu as participé au rassemblement du Printemps français place Pey-Berland ?
 PF : Bonjour à vous tous, amis roycos, et bonjour à vous tous amis lecteurs. Et bien c’est très simple en fait. Je suis étudiant à Bordeaux 3 en histoire, j’ai 23 ans. Je suis un manifestant de la première heure, et même de la première seconde (rires) ! Je ne pense pas qu’il faille encore expliquer pourquoi nous sommes contre ce projet de loi, mais j’ai tout de suite voulu défendre le mariage et la famille, aussi bien pour la société que pour les enfants. Première manif à Paris : j’étais super heureux, ambiance chaleureuse, bon enfant, le gouvernement et les médias ont eu du mal à nous diaboliser et je pensais sincèrement qu’ils allaient nous entendre. Puis j’ai participé à toutes les manifestations. Et de plus en plus, mon entrain retombait… J’avais comme l’impression d’un ostinato, sans cesse on refaisait la même chose et puis rien, on nous enferme sur une rue, une avenue, une place, on s’auto-félicite et rien. Le 24, lors de la grosse manif, j’ai naturellement voulu « déborder » et rester non-violent, et j’ai remarqué que des centaines et des milliers de personnes étaient de mon avis, et avaient ce ressenti, cette frustration, en gros d’être pris pour un *** ! Donc le Printemps français est tout à fait pertinent pour moi, d’autant plus pertinent qu’il est un mouvement spontané auquel quelques personnes assurent maintenant une cohésion obligatoire que ce soit la communication ou autre. Je n’ai aucun autre contact avec les dirigeants du PF que Facebook, et je n’ai ni leur nom, ni leur tête et eux non-plus ! C’est ça qui est extraordinaire, tout se fait par réseau ! Donc oui j’ai participé au rassemblement du Printemps français parce que je pense sincèrement que si la manif pour tous a su mobiliser le pays réel et doit continuer à le faire, cela doit s’accompagner d’un processus de blocage et de rabâchage incessant. Si on ne veut nous entendre, si on ne veut nous voir, la seule solution reste de nous subir.
AF : Très bien, et donc comment cela s’est organisé ? On dit que tout est parti de textos ?
PF : En effet, vendredi, quelqu’un s’est dit « et pourquoi pas ? » ! Un texto motivant a tourné, je l’ai reçu et en à peine 24h voilà ce qui s’est produit ! 500 personnes dans la rue ! Circulation bloquée, trafic des tramways perturbés, buzz sur la réunion devant chez Delaunay, 2h30 d’un cortège qui devait être au début un rassemblement ! Là encore, tout est spontané ! La banderole a été faîte au dernier moment, un ami nous dit qu’il a de vieilles toiles cirées dans sa cave ou grenier je ne sais plus, on passe acheter un rouleau de toile adhésive et voilà ! Chacun peut être fier d’avoir participé.
AF : On peut dire que c’est un succès ?
PF : Evidemment que c’est un succès ! Tout le monde était content d’avoir enfin à Bordeaux un mouvement qui pouvait montrer que, sur ce sujet, on ne se laisserait pas marcher sur les pieds ! Je demande aux gens de regarder le nombre de personnes présentes du jour au lendemain, sans organisation, sans listing, sans cadres dirigeants ! Il n’y a que notre frustration, notre colère et nos convictions ! J’invite tout le monde à lire la page Facebook où tous les articles ont été référencés ! Une bonne dizaine de médias ont relayé l’action !
AF : Selon toi, le gouvernement doit-il se méfier ?
PF : On se méfie de l’eau qui dort, on se méfie d’autant plus du fleuve qui déborde, surtout quand, comme aujourd’hui, d’autre facteurs extérieurs peuvent accélérer la montée des eaux : le vent, la pluie etc… Nous, nous avons le chômage, la crise et des élus sourds ! Donc oui, il doit se méfier, relire son Histoire et constater qu’il ne faut pas énerver un peuple !
AF : Politiquement, comment te décrirais-tu ?
PF : Je suis évidement un patriote ! Mais un patriote lassé, je n’ai aucun parti de référence et je ne vote pas, je suis vraiment exaspéré. Mais là je dois reconnaître que c’est la cerise sur le gâteau ! Mais nous ne voulons justement aucune récupération politique, nous devons rester focaliser sur la société et la civilisation, la vraie politique donc ! Les partis ont quelque chose de mal sain, de batailles vaines et sans cesse redondantes, laissant le pays et son peuple de côté.
AF : Tu prêches à un converti ! En tout cas merci d’avoir bien voulu répondre à ces quelques questions ; qui éclaireront sans doute beaucoup de personnes s’interrogeant encore !
PF : Merci à vous surtout pour votre aide pour la manif et à bientôt pour de nouveaux rassemblements !
18 avril, 2013 à 15:37 | Commentaires (0) | Permalien


http://fn28.wordpress.com/

18 avril, 2013 à 15:34 | Commentaires (0) | Permalien


http://guiniot.over-blog.com/

Conseil municipal du 12 avril 2013

Budget primitif 2013

 Monsieur le Maire, chers collègues,

Ce budget 2013 va être l’occasion de pouvoir retracer le bilan de votre mandature puisqu’il sera vraisemblablement le dernier ou l’avant-dernier budget présenté par votre équipe pour notre ville. 

Pour cela j’ai pris comme élément de comparaison le budget de 2008, élément de référence puisqu’il s’agit du budget de l’année qui vous a vu arriver dans le siège où vous vous trouver aujourd’hui.

Malheureusement, je tiens à prévenir le conseil Municipal, mais ce bilan, cet état des lieux de votre mandature n’est véritablement pas brillant. D’ailleurs, tout comme le rapport de la chambre régionale des comptes concernant la gestion de la CCPN. 

Commençons par les ratios :

Dépenses fonctionnement

En 2008, les dépenses de fonctionnement étaient de 1.049 € par habitant. Elles ont donc progressé de plus de 250€ par habitant (+24%) passant de 1.049 € à 1.305 €. Malgré vos sempiternelles incantations, souhaits et vœux pieux que vous formulez à chaque débat d’orientations budgétaires concernant une meilleure gestion des dépenses de l’administration, force est de constater que celles-ci ont largement augmenté depuis votre élection.

Je me souviens même de la phrase suivante, issue du DOB 2009 : « mise en place d’une politique drastique relative aux dépenses de fonctionnement ». Je n’invente rien !!! 

Produit des impositions directes

Le produit des impositions directes a diminué de 5 € par habitant en 2008 et 2013. Bien évidement, il ne s’agit pas, ici, d’une baisse des impôts mais simplement de l’effet mécanique de la baisse du nombre d’habitants et surtout du nombre d’habitants contribuables Noyonnais mais aussi de la disparition de la taxe professionnelle ! 

En réalité, les recettes des impôts n’ont jamais été aussi bonnes puisque l’addition de la taxe d’habitation, du foncier bâti et non-bâti rapportait 5 millions d’euros en 2008 et rapporteront 7,7 millions d’euros en 2013. Le nombre de contribuables baisse mais pour les derniers, qui restent encore à Noyon, on les pressure encore un peu plus ! 

Dépenses d’équipement

Les dépenses d’équipement ont fortement augmenté. Entre 2008 et 2013, elles passent de 206€ à 742€ et sont largement supérieures à la moyenne nationale de la strate.

Cela pourrait être à votre honneur si ce n’est qu’aucun résultat positif, en termes d’attraction de nouvelles entreprises, de créations d’emplois et de lutte contre l’insécurité sociale, ne pointe le bout de son nez au bout de 6 ans. 

Dette (+57,26%)

Quant à la dette, nous y arrivons. 

Afin que vous n’utilisiez pas l’argument de la baisse du nombre d’habitants de notre ville et pour être le plus honnête possible, ce qui ne sera pas forcément en votre faveur, je vais d’abord comparer les montants globaux de la dette et non le ratio par habitant. 

• Au 31 décembre 2008, la dette de la ville est de 13.729.532 € (13,7 millions).

• Au 1er janvier de cette année, elle est de 21.590.818 € (21,6 millions) ! 

En 6 ans, elle aura donc augmenté de pratiquement 60% avec 7,8 millions d’euros de dette supplémentaires… 

En 2008, la dette par habitant était de 923 € contre 1554 € aujourd’hui.

Nous sommes bien loin des 1.294 euros du DOB 2013, dont j’avais allègrement dénoncé la consciencieuse présentation faite dans l’unique but de tromper le lecteur et donc les noyonnais sur l’état des finances de notre commune ! 

Conclusion

Pour mémoire, le budget de Noyon en 2008 était de 21,5 millions d’euros pour pratiquement 15.000 habitants. Cette année, vous présentez un budget primitif de 33,5 millions d’euros mais pour 13.895 habitants. L’augmentation du volume budgétaire est comparable à l’augmentation de la dette.

Par conséquent, on peut en déduire que vous avez donc financé l’augmentation de dépenses à crédit depuis 6 ans, ceci malgré, il faut aussi le rappeler, une augmentation moyenne de 42% du taux des trois taxes rapportant une recette supplémentaire de 2,7 millions d’euros.

Évidemment, comme cette situation ne peut plus perdurer vous faites donc appel à des partenariats public/privé dont les conséquences et dérives financières seront très lourdes pour les années à venir.

Dans sa globalité votre proposition de budget ne freinera pas mes inquiétudes, ni celles des noyonnais, puisque les dérives vont continuer, même s’amplifier. 

Déjà l’an passé, en prévision des prochaines échéances municipales, alors que le nombre d’habitants et donc de contribuables diminuait, vous ne réduisiez pas la voilure. Rien que pour 2012 vous avez mobilisé pratiquement 4,5 millions d’euros d’emprunt.

Compte-tenu des remous dus à la situation financière de la ville et surtout de sa dette, vous prévoyez d’emprunter un peu moins de 3 millions pour cette nouvelle année afin de boucler votre budget. 

Monsieur le Maire, laissez moi vous rappeler un extrait de mon intervention lors du précédent budget, consacré à la dette :

« Je suis certain qu’à ce rythme vous serez, d’ici la fin de votre mandat, parvenu à faire mieux que celui qui pourrait s’apparenter à votre nouveau mentor en la matière ».

Je parlai, à l’époque, de Nicolas Sarkozy qui, comme vous, a réussi l’impossible en augmentant la dette de 60%, passant de 1.000 milliards en début de mandat à 1.600 milliards à la fin de son quinquennat.

Eh bien, vous voyez, à la fin de votre mandat vous aurez réussi au moins une chose : avoir encore plus endetté les noyonnais que Sarkozy !

18 avril, 2013 à 15:31 | Commentaires (0) | Permalien


http://www.boccaletti.fr/

Armelle de Pierrefeu, Jean-Yves Waquet et Frédéric Boccaletti à la manifestation contre le mariage pour tous

 

VARTOU18Q303_DL_MANIF_MARIAGEMercredi soir, ils étaient environ deux cents Varois à s’être rassemblés devant la préfecture du Var, à Toulon, à l’appel du collectif manifpourtous83, pour protester contre le projet de loi instituant le mariage pour tous, à l’occasion de son passage en deuxième lecture à l’assemblée nationale.

Un « rassemblement pacifique et bruyant ».Comprenez « dans un esprit calme » mais munis de sifflets, tambours, casseroles et autres objets de cuisine afin de se faire entendre

Parmi eux figuraient des familles, des jeunes, des retraités et trois élus du Front National dont Frédéric Boccaletti, secrétaire départemental. Reçue par la directrice de cabinet du préfet, une petite délégation d’entre eux souhaitait montrer leur détermination.

Dimanche, un petit nombre d’entre eux ira à Paris. Aucun transport de groupe n’ayant été programmé cette fois-ci. Le collectif et les manifestants préférant miser sur la manifestation nationale du 26 mai.

18 avril, 2013 à 15:28 | Commentaires (0) | Permalien


http://fnestvar.fr/

Action coup de poing des agriculteurs : les élus sont les seuls responsables

395100_10151237215166969_1936171059_n

Communiqué de presse de David Rachline, Candidat à l’élection municipale de Fréjus, Conseiller municipal de Fréjus, Conseiller régional de PACA, Délégué national du Front National

Les agriculteurs de l’Est-Var alertent régulièrement les élus de notre ville et de notre région sur l’absence quasi-totale de travaux et d’ « aménagement du territoire » de nos communes. Ils avaient d’ailleurs organisé une opération escargot en février 2013 restée sans effet.

Le Front National, lui aussi, a alerté autant que possible les élus des majorités UMP-PS des différentes institutions de notre département et de notre région.

Malgré cela, aucune prise de conscience n’a eu lieu. Les travaux envisagés ne sont absolument pas à la hauteur de l’enjeu, le Conseil régional, quant à lui, vient de voter une subvention plus de deux ans après les premiers drames que notre ville a connus.

Pire encore, la politique de bétonnage de nos territoires se poursuit de plus belle.

En désespoir de cause, les agriculteurs ont réalisé une action coup de poing hier matin.

David Rachline, s’il ne peut soutenir le mode d’action, apporte son soutien aux revendications des agriculteurs et dénonce l’absence totale de réaction des élus de nos communes, du département et de la région. En effet, ils sont les seuls responsables de l’inquiétude et du désespoir des agriculteurs.

17 avril, 2013 à 13:41 | Commentaires (0) | Permalien


http://davidrachline.hautetfort.com/

capture.PNG

http://www.fnestvar.fr/

17 avril, 2013 à 13:40 | Commentaires (0) | Permalien


http://gregorygennaro.fr

AFFAIRE CAHUZAC : LE GRAND BLANC DE MENNUCCI

Tribune politique de Grégory Gennaro

On pouvait s’attendre de la part de Patrick Mennucci à de vives réactions pour dénoncer ouvertement la corruption financière qui touche le gouvernement socialiste, notamment avec l’affaire Cahuzac.

A Marseille, l’homme est pourtant connu pour ses grands coups de gueule et son offensive médiatique contre les magouilles politiciennes.

En effet, le leader maximo contesté du PS marseillais a, à de nombreuses reprises, attaquer les clans de la famille socialiste. Il reproche violement, entre autre, à Jean-Noël Guérini, Sylvie Andrieux…, d’entacher l’image du Parti Socialiste à cause de leurs agissements en faveur du clientélisme et de la corruption…

L’ancien directeur de campagne de Jean-Noël Guérini a même réclamé et exigé une enquête parlementaire à propos du rachat du groupe Hersant par Bernard Tapie, alors même que la transaction s’est faite en totale transparence.

L’Autre tempête médiatique et politique qui avait fait sortir Patrick Mennucci de ses gonds concernait l’attribution d’une subvention de 400.00 euros au DJ David Guetta par la municipalité de Marseille. Là aussi, Patrick Mennucci, envisageait de saisir le tribunal administratif.

Qu’importe, pour Patrick Mennucci, l’intérêt est de créer l’évènement médiatique et d’être au cœur de l’actualité, à n’importe quel prix.

A n’importe quel prix ? Au cœur de l’actualité ai-je dis ? Et bien non ! Un silence assourdissant règne autour de Patrick Mennucci à propos de l’affaire Cahuzac.

On aurait imaginé un Mennucci faisant feu de tout bois à la tribune de l’Assemblée Nationale afin d’exiger une enquête parlementaire devant ce scandale d’Etat, et dénonçant même aux Grandes Gueules sur RTL le clientélisme, le favoritisme et la corruption qui gangrènent le Parti Socialiste. Il n’en est rien. C’est le grand blanc de Mennucci.

Désormais, tous le monde attend avec impatience les nouvelles révélations de la presse qui risquent fortement d’éclabousser la majorité présidentielle du tandem Hollande-Ayrault. Quelles seront les réactions du « VRP en chef » de Marseille ? D’autres actions citoyennes, d’ordre judiciaire, sont menées pour dénoncer des affaires de corruption, à Marseille, notamment dans la circonscription de Patrick Mennucci. C’est en tout cas la rumeur qui circule dans le centre-ville de la Cité phocéenne.

Cette nouvelle affaire et l’hypocrisie de Mennucci et de tous les autres, ne font que renforcer la fracture entre les élites politiques et le peuple français. Il est tant que cesse cette mascarade ! Il est tant que cela change ! Demain, seule la voie d’un patriotisme de combat incarnera l’alternative sociale, populaire, républicaine et nationale.

Avec le patriotisme de combat, les citoyens doivent devenir l’Etat car le peuple c’est la France !

17 avril, 2013 à 13:38 | Commentaires (0) | Permalien


http://aucoeurdunationalisme.blogspot.fr/

Comment naissent les révolutions ? par Dominique Venner

PARIS (via le site officiel de Dominique Venner) – C’est un sujet passionnant, très actuel et mal connu que la naissance des révolutions. Il avait été étudié par le sociologue Jules Monnerot (1908-1995) après les événements français de Mai 68 dans son livre Sociologie de la Révolution (Fayard, 1969). Travail précieux pour lequel son auteur a forgé une série de concepts applicables à toutes les situations.
S’agissant d’une étude sociologique et non d’une histoire des idées, Monnerot use d’une seule appellation, sans ignorer bien entendu tout ce qui sépare et oppose les différentes révolutions du XXème siècle, bolchevisme, fascisme italien, national-socialisme allemand, révolution de 1944, ou celle de 1968. Il estime en effet que ces phénomènes de foule relèvent de la même analyse sociologique, tout en faisant une nette différence entre révolutions de type conservatrice et révolutions déconstructrices.
Mais d’abord, Monnerot définit quelques concepts applicables à toute révolution. En premier lieu la « situation historique ». Elle est celle que l’on ne reverra jamais deux fois. C’est vrai pour 1789, 1917, 1922, 1933 ou 1968. Autre notion complémentaire : la « situation de détresse ». Elle se caractérise par des troubles non maîtrisés. La structure sociale se défait : les éléments ne sont plus à leur place.
Quand une société est stable, on y distingue des éléments sociaux normaux (« homogènes ») et des marginaux (« hétérogènes »). Les éléments marginaux sont en marge parce qu’ils y sont maintenus par la pression des éléments « homogènes ». Lorsqu’un seuil critique de bouleversement est atteint, la partie homogène commence à se dissocier. On observe alors comme une contagion de chaos.
Remarque intéressante qui s’applique aux révolutions conservatrices : « L’homogène, même en voie de dissociation, reste l’homogène ». Quand le bouleversement est radical, « du fond même de la société monte une demande de pouvoir ». Le fascisme, en 1922 ou 1933, fut par exemple une réponse à cette demande dans une société ayant un haut développement (industrie, sciences, culture). Dans une telle société, quand l’ordre s’est effondré, les éléments conservateurs (homogènes) deviennent provisoirement révolutionnaires par aspiration à l’ordre et demande de pouvoir.
Comment aboutit-on à une « situation révolutionnaire » ? Réponse synthétique de Monnerot : par carence au sommet. Une crise de régime se caractérise par une « pluralité des conflits ». Tout échappe à l’autorité du pouvoir en place, le désordre devient endémique. La société entre en « effervescence ».
L’effervescence n’est pas la révolution. Elle en est une phase, un moment, avec un début et une fin (un refroidissement) quand le milieu « n’est plus combustible ». Quand l’effervescence retombe, ce ne sont plus les mêmes qui sont aux commandes (Robespierre a été remplacé par Napoléon, Trotski par Staline, Balbo par Mussolini).
Situation révolutionnaire et effervescence font intervenir les « masses ». Ce sont des coagulations momentanées, les troupes des révolutions. Pour diriger les masses, leur donner un système nerveux, les jacobins, puis Lénine (en beaucoup plus efficace) ont conçu l’instrument du parti.
Ce que les léninistes appelaient « la radicalisation des masses », est une tendance à la politisation de catégories jusque-là conformistes et peu enclines à se passionner pour la chose publique (elles demandent surtout à l’État de faire son métier d’État). On entre alors dans une phase d’effervescence, « la société est parcourue en tous sens de réactions affectives intenses, comme les grains de limaille de fer par un courant magnétique ».
Les situations de détresse font apparaître sur le devant de la scène des élites violentes : les « hétérogènes subversifs », des irréguliers et marginaux que les barrières habituelles n’arrêtent pas. Ils contribuent à donner au mouvement sa force de rupture.
Dans une situation révolutionnaire, la carence et le besoin douloureux du pouvoir, peuvent jeter sur la voie de la révolution des éléments sociaux qui n’aspirent qu’à l’ordre. « Une heure vient où les Arditi, les jeunes lansquenets du Baltikum, les réprouvés qui le sont de moins en moins, n’apparaissent plus inquiétants, mais rassurants à la partie la plus homogène de la population. Ils semblent incarner à travers le malheur les valeurs de courage, de bravoure et de caractère sans quoi il n’est pas de grand pays… Même ceux qui ne sont pas leurs partisans pensent qu’il faut laisser faire l’expérience. » C’est un bon résumé des situations historiques d’exception. Mais, comme le précise Monnerot, la « situation historique » est celle que l’on ne revoit jamais deux fois.
Dans la France de 2013, sommes-nous entrés dans une « situation historique » ? Pas encore, bien entendu. Mais des signes attestent que l’on peut se diriger vers une telle situation imprévue. Ira-t-elle jusqu’au bout de ses promesses ? Il est trop tôt pour se prononcer. Mais rien n’est impossible.
Dominique Venner http://fr.novopress.info/
16 avril, 2013 à 18:30 | Commentaires (0) | Permalien


http://francoisvial.fr/

http://francoisvial.fr/ CT

La crise du logement touche la Guyane… Mais pas Mme Taubira !

En août dernier, lors de l’entrée en vigueur du projet de loi voulu par Cécile Duflot et relatif à l’encadrement des loyers à la relocation, les observateurs attentifs ont pu s’étonner de la présence de villes guyanaises dans la liste des agglomérations concernées : le texte avait en effet prioritairement vocation à lutter contre les loyers abusifs tels que les connaissent par exemple les habitants des grandes agglomérations d’Ile-de-France ou des Alpes-Maritimes.

Cela correspond pourtant à une réalité, bien connue des métropolitains amenés à travailler et à vivre en Guyane. Pour la comprendre, quelques témoignages laissés sur des forums internet (1) valent mieux que de longs discours : « Oublie la notion de loyer raisonnable (…) et essaie de te contenter de pas trop exorbitant », ou « les loyers sont hors de prix en Guyane, et cette règle est valable aussi bien dans l’Ile de Cayenne qu’à Kourou ».

A quoi est dû ce phénomène ? Théoriquement pas au statut spécial dont bénéficient les départements et territoires d’Outre-mer en matière d’investissement immobilier, puisque le dispositif Scellier offrait jusqu’en 2012 des réductions d’impôts allant de 24 % (Scellier outre-mer) à 32 % (Scellier outre-mer intermédiaire). Contre 13 à 21 % en métropole : ces taux censément avantageux pour les propriétaires devraient tirer les prix vers le bas, mais ce n’est pas le cas.

Heureux comme un fonctionnaire outre-mer

L’explication est bien plutôt à chercher dans le régime de faveur attribué aux fonctionnaires exerçant sur l’île, ou y passant leur retraite. Des sur-rémunérations de salaire (40 %) aux réductions d’impôts (40 %), en passant par une « indemnité particulière de sujétion et d’installation » équivalant à 16 mois de salaire supplémentaires sur quatre années de service – liste non exhaustive –, tout est fait pour inciter les agents publics à faire le sacrifice de rejoindre la Guyane. En y regardant de plus près, on constate que la majorité de ces primes diverses et variées ont été créées dans les années 1950, à une époque où les îles lointaines de la République étaient dépourvues d’infrastructures, d’écoles ou d’hôpitaux, et qu’il était donc nécessaire pour l’Etat de promouvoir des mesures incitatives à la venue de fonctionnaires. Plus vraiment d’actualité aujourd’hui…

Quoi qu’il en soit, à « Métros » riches (2), propriétaires autochtones avides… D’où une augmentation vertigineuse des prix des loyers, qui finit par frapper les habitants originaires de l’île eux-mêmes ! A ce détail près que ces derniers ne bénéficient pas des mêmes avantages que les fonctionnaires, ce qui n’est pas sans créer des tensions sociales – voire ethniques – entre les populations vues comme privilégiées et les autres.

Conséquence inévitable d’une telle situation, le fonctionnariat devient un eldorado fantasmé par les locaux, provoquant de réelles difficultés de recrutement pour les entreprises du secteur privé. Dans ce contexte, on ne s’étonne plus de voir les constructeurs délaisser les programmes immobiliers des sociétés HLM et préférer la réalisation de résidences à destination des plus aisés. Les collectivités territoriales, quant à elles, en sont réduites à favoriser l’emploi de vacataires, dans le seul but de ne pas faire exploser leur budget de fonctionnement par l’octroi de primes à des fonctionnaires attitrés ; ceci, malgré le coût social de cette politique en termes de revendications et de grèves.

Taubira, elle, ne connaît pas la crise

Comme tout système boiteux, celui-ci est de surcroît contourné par les plus malins, ou les plus rapaces : des fonctionnaires ne viennent en Guyane que le temps d’y acheter ou louer un bien à leur nom – ce qui leur permet de bénéficier des primes précédemment évoquées –, puis repartent en métropole, en sous-louant l’habitation dont ils sont propriétaires ou locataires. De leur côté, certains autochtones bénéficiaires d’un logement HLM n’hésitent pas à tirer profit de la situation, là encore en sous-louant officieusement leur appartement à des « Métros » fraîchement débarqués sur l’île. Cercle sans fin, dans la mesure où les bailleurs sociaux choisissent de fermer les yeux sur ces abus à la petite semaine… Lorsqu’ils ne font pas eux-mêmes preuve d’une insondable incompétence dans la gestion de leur patrimoine immobilier : en 2009, liquidation de la Société anonyme d’HLM de Guyane, assortie d’un plan de redressement de plus de 80 Millions d’euros, financé par l’Etat (3).

Devant semblable tableau, on pourrait attendre des élus de la République qu’ils donnent l’exemple. Telle n’est pourtant pas la philosophie de la députée-star de l’île – et aujourd’hui ministre de la Justice – Christiane Taubira. La passionaria du mariage homo, du droit de vote aux étrangers et d’une politique pénale toute entière tournée vers la culture de l’excuse, est ainsi propriétaire d’un terrain acheté sur adjudication – saisi à un particulier, donc – et intégré quelques années plus tard dans la société civile immobilière familiale (4) , pour un montant cinq fois supérieur au prix initial. Un sens de l’argent facile pas si étonnant que cela, lorsque l’on sait (5) que la supposée élue du peuple a vécu durant 13 ans à Paris dans un logement social pour un loyer mensuel de 990 €, alors qu’elle en gagnait… près de 15.000 par mois ! Tous les Guyanais ne sont donc pas touchés par la crise du logement…
__________________________________________

(1) http://voyageforum.com/
(2) Métropolitains
(3) http://www.guyaweb.com/, 12 novembre 2009.
(4) Dispositif qui lui a permis de ne pas faire figurer le bien en question dans la déclaration d’intérêts rédigée lors de sa nomination au poste de ministre de la Justice
(5) Le Parisien du 7 mai 2012.
16 avril, 2013 à 18:07 | Commentaires (0) | Permalien


1...34567...90